LA POUPEE


Par madame Mounira Bailly, directrice du jardin d'enfants, qui nous explique ici le sens des
poupées réalisées à l'atelier de parents, qui se déroule une fois par semaine au jardin
d'enfants :


La poupée Waldorf n'est pas un objet froid et impersonnel fabriqué par une machine. La
personne qui la réalise y apporte beaucoup d'attention et de soin, elle y met beaucoup
d'amour, elle y met de la vie. Il lui faut plusieurs après-midis pour faire une poupée. Toutes
ces qualités sont transmises inconsciemment à l'enfant qui possédera cette poupée.

Nos poupées sont entièrement réalisées avec des matières naturelles souples et douces (laine,
soie, coton). Elles apportent chaleur, douceur, confort, sécurité, confiance et mobilité au petit
enfant, qui est entièrement réceptif à tout ce qui l'entoure.


R. Steiner écrit que "l'enfant doit pouvoir exercer son imagination qui aspire à rencontrer
quelque chose de mobile". La poupée Waldorf a été créée par des pédagogues des écoles
Steiner pour stimuler l'imagination de l'enfant. Elle lui apporte une image originelle non figée
de l'humanité. Toute l'imagination de l'enfant peut se développer, en même temps que
croissent ses capacités à compléter ou à se représenter ce qui "manque" à la poupée. Les
formes des poupées Waldorf ainsi que les jouets proposés aux enfants dans les jardins
d'enfants Steiner-Waldorf, sont effectivement seulement suggérées et "n'enferment pas
l'imagination dans des contours précis. L'enfant aura ainsi intérieurement une vie bien plus
active qu'avec une prétendue belle poupée aux contours rigides et achevés" (R. Steiner).


Les poupées Waldorf correspondent également aux différents stades de développement de
l'enfant : la poupée est une image de l'être humain et lorsqu'il joue avec, l'enfant s'y identifie.
C'est le jouet qui éveille et anime le plus, dans l'imagination d'un être humain en
développement, sa propre forme en devenir. C'est pourquoi dans l'entourage de l'enfant, les
adultes prendront toujours soin de la poupée, la prendront avec des gestes tendres et
enveloppants, comme lorsqu'ils prennent un enfant dans les bras avec douceur, grand respect
et vénération.


Les formes et les proportions des poupées Waldorf suivent celles de l'enfant, qui est toujours
en évolution : durant la première septaine, l'enfant modèle son corps, ses forces modelantes
agissent du haut vers le bas, c'est-à-dire en commençant par la tête essentiellement, puis peu
à peu elles descendent dans la poitrine, puis dans le reste du corps ainsi que dans les
membres. La métamorphose des proportions entre les différentes parties du corps suivra
également une évolution du haut vers le bas. Chez le nourrisson, la taille de la tête représente
un quart de la taille totale. La partie haute de la tête prédomine, de sorte que la ligne des
yeux est en dessous du milieu du visage. Le bébé a des bras courts et une grosse tête qui a la
même largeur que le tronc. L'absence de cou est frappante. Les jambes mesurent une fois et
demi la taille du tronc. Au cours de la deuxième année, l'enfant marche, la tête ne représente
qu'un cinquième de la taille totale du corps, le tronc se développe rapidement. La taille
n'apparaît cependant pas encore, par contre le cou se forme doucement, les traits du visage
commencent un peu à s'affiner.


Autour de cinq ans, les membres s'allongent. A six ans la taille apparaît, le nez se forme un
peu, le cou grandit et la tête ne représente plus qu'un sixième de la taille de l'enfant. Ce n'est
que vers sept ans que la ligne des yeux s'élève au dessus du milieu du visage. Ces quelques
indications succinctes du développement de l'enfant nous montrent pourquoi les poupées
Waldorf sont réalisées en allant des formes les plus simples, comme un tissu noué, vers la
poupée molle, jusqu'à la poupée plus précise, mais toujours aux formes suggérées.